Travailler deux semaines sans aucune compensation?

Lors du groupe de travail sur la modification du décret statutaire des professeurs des écoles, le SNALC-FGAF et le SNE–FGAF ont demandé à ce qu’enfin le temps d’accueil soit mentionné dans les « obligations de services » et qu’il puisse être comptabilisé dans les 108 heures.

L’administration nous a répondu: « La jurisprudence du Tribunal administratif de Paris nous permet d’exiger ces dix minutes sans compensation ! Depuis toujours, les professeurs des écoles ne comptent pas leur temps passé à l’école !». Le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF, seuls syndicats à soulever ce problème, ne sont pas restés indifférents à cette argumentation aberrante malgré l’insistance de l’administration à rappeler qu’ils chipotaient pour quelques minutes !

Il est vrai que quotidiennement, nous travaillons volontiers en moyenne 30 minutes supplémentaires en fin de journée sans que nous ne nous en plaignions, mais c’est un choix. En effet, libre à chacun de consacrer ou non, un temps à la préparation ou au rangement de la classe en fin d’après-midi. Les 10 minutes d’accueil en revanche sont, elles, imposées. Il s’agit donc bien d’un « service » dit « obligatoire ». Alors est-ce chipoter que de demander à ce qu’il soit reconnu comme tel dans les textes ? Eh bien oui, apparemment… c’est un dû !

Alors, chipotons donc… Dans certaines écoles, en fonction de leur taille, de leur configuration et du nombre d’enseignants, l’accueil de 10 minutes (matin et après-midi) peut être inévitable pour tous les enseignants, tous les jours ! Un rapide calcul indique que ces temps cumulés correspondent pour ces personnes à 54 heures de travail par an! Autrement dit, DEUX SEMAINES de classe !
Qui d’autre que des enseignants du premier degré, accepterait de travailler deux semaines « sans compensation » ?

Le SNALC-FGAF continuera à « chipoter » aussi longtemps qu’il n’aura pas obtenu la reconnaissance de ce temps dans les obligations de service des professeurs des écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *