Archives par mot-clé : mis-en-avant

SNALC06 1er degré : La lettre d’info du 16/10/2019

NE PAS SALIR LEUR NOM
Il est toujours difficile de mettre des mots sur un acte comme le suicide.
Une organisation syndicale ne peut se permettre de «récupérer» les décisions individuelles pour faire avancer tel ou tel dossier, telle ou telle revendication. Il y a en effet quelque chose de trop énorme, de définitif dans l’acte délibéré de mettre fin à ses jours, qui fait que nos demandes, nos propositions, toute notre prose technique sur les conditions matérielles et morales semblent soudain bien légères et très éloignées de ce qui a entraîné un tel geste.

Et dans le même temps, il est de notre devoir de ne pas passer sous silence cet acte. Surtout quand cet acte se répète et qu’il traduit de façon claire et irréfutable un phénomène que nous analysons depuis longtemps, et sur lequel nous alertons également depuis longtemps. La souffrance au travail dans l’Éducation nationale n’est pas apparue en septembre 2019. Régulièrement, des noms de collègues ayant commis l’irréparable émergent un jour dans les médias, puis s’effacent progressivement, jusqu’au prochain. Certains restent dans la mémoire collective — Lise BONNAFOUS, Pierre JACQUE, Christine RENON… — car ils ont laissé une lettre avec des phrases fortes, car la façon dont ils ont procédé a été marquante. Mais pour la majorité, cet acte est un acte qui ne fait presque pas de bruit, qui retourne trop vite au silence.

Alors afin de ne pas salir leurs noms par des propos inappropriés, préférons aujourd’hui leur laisser la parole. Que les mots de Christine RENON, sans commentaires, puissent être lus une fois de plus, et qu’ils nous apprennent, collectivement, quelque chose.

«Pour ma part, j’ai toujours fait pour le mieux pour les élèves, les enseignants, les parents, j’ai essayé de me rendre disponible au maximum pour chacun, toujours répondu positivement à un service que l’on me demandait.»

«Je dois dire aussi que je n’ai pas confiance au soutien et à la protection que devrait nous apporter notre institution.»

«L’idée est de ne pas faire de vague et de sacrifier les naufragés dans la tempête  !»

«Je remercie l’Institution de ne pas salir mon nom.»

RÉFORME DES RETRAITES
Pas de politique de l’autruche
Le SNALC vous informe
Comme le SNALC l’a toujours craint, ce sont bien les fonctionnaires et parmi eux les professeurs qui seront victimes du futur système, sauf à multiplier les heures supplémentaires à condition d’en être physiquement capables. Et l’on n’évoque même pas les professeurs des écoles, les plus grands perdants de la réforme annoncée.
Voir le dossier complet dans la dernière quinzaine universitaire
SOMMAIRE :
p.4 – La réforme des retraites
p.4 – Étude comparée des systèmes de retraite.
p.6 – Réforme des retraites : ce qui attend les générations actuelles
p.8 – Projet DELEVOYE : les questions pendantes
Quelques articles complémentaires
La réforme des retraites
Retraites et traitements : l’Éducation nationale mérite mieux
La retraite des professeurs des écoles : une universalité à différencier
Que sait-on sur la future réforme des retraitess ?
Les fonctionnaires : grands perdants de la future réforme des retraites

LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL
Stop à l’indifférence
Voilà des années que nous alertons l’Institution, sur le plan national comme local, pour dénoncer ce mal-être. Faut-il que nous fassions le travail à votre place ? Combien de minutes de silence allons-nous encore devoir demander dans les instances avant que le problème soit véritablement pris à bras-le-corps ?
Monsieur le Ministre, nous vous le disons avec beaucoup de solennité : enseigner ne doit plus tuer. Il n’y a pas de priorité plus importante que celle-ci dans notre ministère.
Comité technique ministériel du 3/10/2019 : déclaration du SNALC
Médecine de prévention : quoi de neuf docteur
Le SNALC demande au ministre de lancer dans une étude nationale des burnout et suicides chez les personnels de l’Éducation nationale.
Un outil à utiliser
Organisation pathogène, problèmes matériels, risques psychosociaux, conditions de travail, souffrances… : le registre de santé et de sécurité au travail (RSST) est l’outil indispensable à la défense et à l’amélioration de nos conditions de travail.
N’hésitez pas à remplir votre registre RSST et de faire remonter les signalements en envoyant copie à votre assistant de prévention de proximité, copie au SNALC06 : snalc061erdegre@gmail.com et copie à la secrétaire départementale du CHSCTD du 06: secretaire-chsctd06@ac-nice.fr.
CHSCT, RSST et RDGI : rôle, importance et démarche
Guide méthodologique du ministère

INFOS PRATIQUES
Sorties scolaires
Sorties scolaires avec nuitées
La circulaire organisation
Nouveau formulaire à utiliser
Sorties scolaires frontalières sans nuitée
Circulaire
Formulaire
Scolarisation des élèves à besoin éducatifs particuliers
Nouveau vademecum
Inscription sur la liste d’aptitude des directeurs
Date limite le 8 novembre 2019
Le formulaire d’inscription
Circulaire classement et reclassement
Date limite le 30 novembre 2019
La circulaire
Les pièces justificatives
Frais de déplacements
Circulaire relative réglementaire des frais de déplacements
Départ à la retraite
Vous avez jusqu’au 31 octobre pour déposer votre demande.
Pour cela il est nécessaire de passer par le site de l’ENSAP
La circulaire du DASEN
La notre explicative
Appel à candidature
Date limite le mercredi 23 octobre
Poste d’enseignant coordonnateur en classe relais au collège Carnot à Grasse

RÉUNIONS D’INFORMATION SYNDICALE
Les réunions d’information syndicale (RIS) peuvent être rattrapées sur les 108 heures (hors APC).
Votre IEN doit être prévenu au moins 48 heures avant le jour de la réunion.
Télécharger le modèle à envoyer à votre inspecteur
Rappel des dates
Mardi 12 novembre à partir de 17 heures
Ecole maternelle Bellanda (Nice Cimiez)
Samedi 23 novembre à partir de 9 heures
Maison des associations à Antibes
Samedi 30 novembre à partir de 9 heures
École primaire à Cap d’Ail
Tous les sujets pourront être abordés : la réforme des retraites, la souffrance au travail, l’inclusion…
Il est important que vous participiez.

Pour nous joindre, pour s’informer
Deux numéros de téléphone
07 83 55 15 00
07 83 39 72 05

Une adresse mail
snalc061erdegre@gmail.com
Un site
https://www.snalc06-ecoles.info/

Voir l’offre du SNALC, la seule adhésion qui non seulement ne vous coûte rien au final mais qui en plus peut vous faire économiser de l’argent.
Voir les 7 bonnes raisons de rejoindre le SNALC
Voir l’offre sur notre site académique

Bonnes vacances

Numéro 1433 : 11 octobre 2019, lecture en ligne


Ou voir la version PDF

SOMMAIRE:
DOSSIER DU MOIS
4 – La réforme des retraites
4 – Étude comparée des systèmes de retraite.
6 – Réforme des retraites : ce qui attend les générations actuelles
8 – Projet DELEVOYE : les questions pendantes

LES PERSONNELS
9 – Les professeurs des écoles, premières victimes d’une universalité mal pensée
9 – Mise en oeuvre du nouveau cadre de gestion des AESH : une aberration !
10 – Hausse des rémunérations : des miettes pour quelques colibris seulement !
10 – Ne l’oubliez pas !
11 – Enseigner en CPGE : il n’est pas trop tôt pour y penser
11 – Personnels administratifs, techniques, santé, sociaux

SYSTÈME ÉDUCATIF
12 – M@gistère ou la formation continue à moindres frais sous couvert de modernité
12 – Transformer le lycée professionnel pour former ou pour diplômer à tour de bras ?
13 – Nouveau lycée : Le SNALC fermement dans le dialogue
13 – La solution pour les conseils de classe des lycées
13 – L’agrégé et le lycéen roi
14 – EPS les après-midi, c’est non !
14 – L’EPS dans le collimateur de la cour des comptes
15 – Le BYOD, la nouvelle lubie numérique ?

CONDITIONS DE TRAVAIL
16 – Médecine de prévention : quoi de neuf docteur ?
16 – Dématérialisation de nos échanges professionnels : avancée ou régression ?
17 – Durcissement du régime disciplinaire des fonctionnaires
17 – Faisons feu de tout bois pour rendre le métier attractif : Logeons les jeunes profs !

SNALC83 : la lettre d’info du 10/10/2019

Départ à la retraite en 2020
Départ à la retraite le 1er septembre 2020

La circulaire retraite est enfin parue. Vous avez jusqu’au 26 novembre 2019 pour envoyer votre demande de radiation des cadres à la DSDEN83.

Désormais, vous effectuerez votre demande d’admission à la retraite sur ENSAP. Vous devrez vous créer un compte pour cela, si ce n’est déjà fait.

Il est important de vérifier et de faire corriger toute éventuelle erreur ou omission constatée dans votre dossier et le déroulé de votre carrière.

Avantage adhérents SNALC : Nous vous rappelons que vous bénéficiez de notre aide, de notre vérification et d’un accompagnement personnalisé dans vos démarches. Contactez-nous rapidement si vous constatez la moindre anomalie. Ou simplement pour avoir confirmation que votre dossier est complet.

La retraite des professeurs des écoles : une universalité à différencier
Les préconisations du rapport de M. Delevoye pour un passage à un système de retraite universel sont supposées nous amener à un système plus « juste ». Toutefois, ce rapport maintient quelques cas particuliers dans cette universalité. Et les professeurs du premier degré sont justement un cas particulier.

Les professeurs des écoles sont classés dans les professions intermédiaires contrairement aux professeurs du second degré, classés dans les cadres et professions intellectuelles supérieures. Les professeurs du premier degré et les professeurs certifiés du second degré partagent pourtant la même grille indiciaire.

Dans le premier degré, les professeurs se trouvent dans l’impossibilité de faire des heures supplémentaires dans une semaine de vingt-sept heures, ajoutées à une vingtaine d’heures de préparations et de corrections. Et les primes sont inexistantes pour la grande majorité des professeurs des écoles (qui sont pourtant « professeurs principaux » de leur classe), excepté une ISAE de 100 euros.

Les professeurs des écoles sont les seuls fonctionnaires qui ne peuvent pas partir en retraite à leur date anniversaire et se retrouvent dans l’obligation de terminer toute année scolaire entamée, même s’ils sont nés début septembre. A cela, ils sont en droit de réclamer une équité.

Ensuite, la pénibilité de notre métier ne peut être occultée. L’allongement de l’espérance de vie est à confronter à l’espérance de vie en bonne santé. Devoir enseigner jusqu’à 64- 67 ans, devant jusqu’à parfois 31 élèves, est absolument inconcevable pour quiconque a déjà été enseignant dans une école primaire. D’ailleurs, beaucoup de professeurs des écoles sont actuellement contraints de finir leur carrière en congé longue maladie ou congé longue durée.

Nous pouvons également évoquer la non prise en compte dans le calcul des retraites des allocations préparatoires et allocations de première année allouées lors de la création des IUFM. Ces allocations, en dépit de maintes questions posées au Sénat, la plus récente datant du 16 juillet 2019, devraient être prises en compte pour la constitution et la liquidation du droit à pension de retraite (précisons que le décret d’application de la loi date de 1991 et n’est toujours pas entré en vigueur). La réponse du secrétaire d’Etat sur cette question fut la suivante : « C’est donc désormais dans le cadre de la réforme des retraites que nous allons envisager les règles qui ont trait à l’ensemble des retraites des personnels de l’éducation nationale. »

Notre calcul de retraite actuel, basé sur les six derniers mois, compense plus ou moins une faible rémunération sur l’ensemble de la carrière. Mais passer au système par points, prenant en compte les primes, avec une rémunération nettement inférieure aux autres cadres A de la fonction publique, nous désavantage drastiquement.

Les professeurs, les instituteurs, sont plus qu’inquiets sur la question de leur retraite. Ils se sentaient oubliés depuis des années en termes de rémunération, mais ce nouveau calcul dépasse le simple oubli: il est insultant pour tous ceux qui depuis des années se battent pour conserver une École digne de ce nom malgré les réformes incessantes, les difficultés grandissantes et une reconnaissance déplorable.

Nous avons supporté bon nombre de mesures qui ont impacté de près ou de loin notre niveau de vie. Cette fois, l’impact de cette réforme sera sans commune mesure avec la somme de tout ce que nous avons déjà vécu. Face à des spécificités reconnues à certaines professions, comme celles relatives à la pénibilité ou à l’âge du taux plein, les enseignants du premier degré sont légitimement en droit de réclamer une réforme réellement « plus juste pour tous ».

Non seulement on ne se contentera pas d’une attention particulière mais le geste devra être à la hauteur du préjudice subi depuis des années.

Véronique Mouhot
SNALC Ecole 83