Réforme du collège: le SNALC ne cèdera pas !

Au vu des très nombreuses remontées issues des réunions qui se sont tenues hier dans les établissements à l’appel de l’intersyndicale, le Bureau national du SNALC a pris acte du fait que la majorité des collègues ne désiraient pas faire grève le 11 juin prochain.

En revanche, ils sont mobilisés pour participer à l’action initiée par le SNALC visant à bloquer le DNB car, à leurs yeux, la seule qui soit susceptible de faire reculer la ministre, et se disent prêts à participer à une grande manifestation publique un dimanche, à laquelle le SNALC s’associerait.

Par conséquent, le SNALC n’appellera pas à la grève du 11 juin.

Il maintient plus que jamais son préavis de grève pour les 25 et 26 juin, jours de surveillance des épreuves écrites du DNB, et pour les 29, 30 juin mais aussi pour le 1er juillet, jours de correction du brevet. Le SNALC proposera à l’intersyndicale de le rejoindre dans cette modalité d’action.

Débat: faut-il supprimer la notation à l’école?

La notation chiffrée: un outil pédagogique au service de la justice sociale.
Par François Portzer
Président national du SNALC-FGAF

AU SOMMAIRE :
Qu’est-ce que l’évaluation ?
Les deux atouts de la notation chiffrée
Il faut se méfier des comparaisons internationales…
…et des prétendues demandes des parents
Se pencher sur l’évaluation, c’est s’interroger sur les finalités de l’école
Le débat sur l’évaluation est symptomatique du malaise d’une société française de plus en plus inégalitaire
Une remise en cause de la notation chiffrée qui heurte une profession malmenée
In fine, un débat en totale contradiction avec le renforcement des valeurs républicaines à l’école

Clic ici pour lire l’article dans les Cahiers français numéro 386

Nouvelles indemnités REP

Le comité technique ministériel réuni le 28 mai 2015 a validé le décret qui institue de nouvelles indemnités pour les personnels exerçant en éducation prioritaire.

Les nouveaux taux entreront en vigueur à la rentrée scolaire 2015.

En REP l’indemnité est portée à 174 euros par an, soit 144,5 euros mensuels.

En REP+ l’indemnité est portée à 2912 euros par an, soit 192,6 euros mensuels.

Une clause de sauvegarde prévoit que les personnels nommés à titre provisoire ou définitif durant l’année scolaire 2014-2015 exerçant dans les écoles qui sortent de l’éducation prioritaire conserveront l’indemnité ZEP ou ECLAIR durant trois ans s’ils restent dans la même école, à savoir 1155,60 euros par an.

Sont également maintenues les majorations de l’indemnité pour la direction pour une durée de trois ans également, soit 20% en RRS (réseau de réussite scolaire) et 50% en ECLAIR.

Pour les écoles qui passent d’ECLAIR en REP, la majoration de 50% est maintenue pour trois ans.

Syndicat enseignant