Le carnet des réussites, source du sentiment de toute puissance des élèves de collège

Un mensonge sous couvert de bienveillance

Le carnet des réussites en dit long sur la vision que le système a de l’élève, un système qui l’endort sous couvert de bienveillance plutôt que de le confronter à ses lacunes pour les solutionner. L’effort et le dépassement de soi n’ont plus cours. Des pratiques quotidiennes enveloppantes font naitre un sentiment de toute puissance : l’élève sait tout… jusqu’au collège, véritable douche froide. A l’école, les lacunes, rebaptisées «compétences en creux» pour amoindrir leur impact sur l’ego des parents et de leur enfant prodige, doivent être masquées. Ainsi, pour ne pas stigmatiser l’échec, on le gomme simplement. Au SNALC, nous pensons que l’élève a besoin d’être confronté à ses erreurs pour en prendre conscience et évoluer. Nous respectons l’élève et lui devons la vérité. Au lieu de cela, le carnet des réussites se propose de le duper. C’est intolérable.

La mécanique du mensonge

Le carnet des réussites est simple et ainsi, la dissimulation opère : il est initialement vide. Puis, en y collant des vignettes relatives aux compétences acquises, le Professeur des Écoles le remplit progressivement. Un élève en grande difficulté n’aura que 2 pages remplies, un élève moyen 6 pages, et un bon élève 12. Les parents ne pourront que s’extasier devant tant d’items atteints, n’ayant aucun regard sur ce qui n’est pas maitrisés.

En maintenant les parents dans l’ignorance, on s’assure de leur docilité. Ils ne s’offusqueront pas devant la hiérarchie.

Les raisons de la duperie

L’avantage est triple. Premièrement, le système s’enkyste et parents et enfants n’ont aucune objection à faire, jamais dévalorisés. Ensuite, un système qui n’évalue pas les échecs des élèves est voué à réussir, figé dans l’ambre d’une vision idéaliste où chacun progresse, même lentement. Les retards ou difficultés sont dissimulés aux yeux de l’opinion. Enfin, on occupe les Professeurs des Écoles pour les empêcher de réfléchir, avec un carnet à concevoir de A à Z car il s’agirait d’un «objet de réflexion pour s’approprier les bonnes pratiques». Le SNALC ne tolère pas tant de duperie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *