Archives de catégorie : Snalc

Transformation de la fonction publique : l’avis du SNALC

Loi n°2019-828 du 6 août 2019
DÉGRADATION DE LA FONCTION PUBLIQUE

Moins de six mois se sont écoulés entre la présentation des grandes lignes du projet en février au CCFP et la signature du texte de loi par notre président en vacances au fort de Brégançon le 6 août 2019 : c’est dire, sinon le zèle, du moins l’urgence dont ont fait preuve nos gouvernants pour transformer la fonction publique. Et peu importe que le projet ne recueillît pas l’unanimité, y compris parmi les représentants de l’État employeur, et qu’il fût rejeté par tous les syndicats du CCFP dès le 15 mars.

Prétendument motivée par le souci de la reconnaissance due aux agents si « attachés aux valeurs du service public » et leurs perspectives d’évolution, présentée comme la promesse d’une fonction publique redevenue attractive où les conditions de travail seraient enfin sérieusement améliorées, cette loi de transformation est arrivée comme un uppercut dans les statuts et les droits des fonctionnaires.

Disparition des instances de dialogue social ou réduction à leur plus simple expression – au sens propre -, contractualisation sans limite et précarisation, prise en compte des résultats dans la rémunération, remise en cause du temps de travail, durcissement de l’autorité et du régime des sanctions, recours aux ordonnances… au-delà de ce programme, cette loi comporte aussi, notamment dans son titre cinq, des évolutions attendues sur l’égalité professionnelle noyées dans un projet globalement pernicieux.

Le SNALC dénonce avec colère la méthode qui consiste à tenir un simulacre de dialogue social et à présenter comme une transformation salutaire pour tous quelques mesures en faveur de l’égalité au milieu de brutales régressions sur des décennies d’acquis sociaux.
Lire la suite

Rentrée 2019 : entre stress et traumatisme

La rentrée de 2019 ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Les professeurs, comme bon nombre de personnels non enseignants, sont encore marqués par le traumatisme des derniers mois : réformes des lycées et du bac imposées, répression et pressions, réforme de la fonction publique, violence et mépris (opinion, politiques) contre les enseignants, 2eme HSA imposée, communauté éducative marquée par une vague de suicides médiatisés…

La liste est longue.La souffrance, le traumatisme et le stress générés par cette accumulation n’ont pas disparu pendant la période estivale. Un indice qui ne trompe pas : les nombreux témoignages de collègues sur les réseaux sociaux, même en juillet et août ; des professeurs qui font part de leurs craintes, leur amertume, leur colère..
Lire la suite

Obligation d’instruction et assiduité en maternelle

La rentrée scolaire 2019 sera essentiellement marquée dans le premier degré par l’instruction obligatoire à partir de 3 ans. En préparation des Assises de la Maternelle, le SNALC avait déjà demandé un aménagement de la scolarisation pour les petites sections l’après-midi et salue aujourd’hui l’adoption de cet amendement. Cependant, la précipitation de la mise en place de cet aménagement risque de poser des problèmes dans certaines écoles dès les premiers jours de septembre

En effet, les modalités d’application transmises par la DGESCO dans une note du 26 juin avant la parution du décret sont arrivées dans les DSDEN une semaine avant les vacances d’été et nombre d’écoles n’ont pas reçu cette note. La transmission de ces informations aux directeurs par les IEN à la prérentrée ne laisse que très peu de temps aux directeurs justement, qui serviront d’intermédiaires entre les parents et l’inspection. La note insiste pour que la décision finale aille dans le sens de la demande des parents. Le SNALC, reçu par le DGESCO ce 20 août, a alerté sur des points qu’il espère voir précisés avant la rentrée.

Si les critères de refus par le directeur ne sont pas détaillés ou listés dans la note, il n’est pas impossible que pour des raisons éducatives ou des raisons de sécurité, le directeur soit exceptionnellement amené à donner un avis défavorable. Dans ce cas de figure, en attendant l’avis de l’IEN, la demande des parents serait temporairement rejetée. Nous pouvons donc nous inquiéter de la réaction des parents à l’égard du directeur. Comment vont-ils accepter qu’il y ait deux poids deux mesures dans le traitement des demandes au sein d’une même école ?
Lire la suite