Archives de catégorie : Snalc

Rémunérations : le SNALC en remet une couche

À la suite de la réunion avec le ministre et Jean-Paul DELEVOYE, le SNALC a continué de porter votre première revendication : celle de la rémunération. Une heure d’audience supplémentaire avec le Directeur Général des Ressources Humaines nous a permis d’exposer l’ensemble de nos revendications.

DES FAITS INCONTESTABLES
Le SNALC a remis au DGRH, sous format papier et électronique, un dossier de plus de 30 pages sur la rémunération des agents. Nous nous sommes centrés sur les enseignants et assimilés, mais notre groupe de travail rémunérations, sous la direction de la présidente de Grenoble Anne Mugnier, travaille d’arrache-pied pour traiter à terme tous les corps du ministère. Le DGRH a été plus qu’étonné par la qualité du travail fourni (de son propre aveu, aucun autre syndicat ne lui a proposé ce type de document). Le bilan du SNALC a donc été instantanément transféré à la direction des affaires financières et à celle de la prospective. Que disons-nous ? Que les personnels sont mal payés. C’est vrai par rapport aux autres fonctionnaires ; c’est vrai par rapport aux autres pays. La comparaison entre le salaire d’un professeur néotitulaire et le SMIC depuis 1980 est parlante. Le constat est incontestable, et le DGRH n’a pas cherché à le contester.

Lire la suite

Déclaration liminaire du SNALC au CTA (Nice) du 7 novembre 2019

Monsieur le Recteur, je voudrais tout d’abord, au nom du SNALC, souhaiter la bienvenue à Monsieur le Secrétaire Général pour son premier CTA.

Lors de la présentation du budget de l’enseignement scolaire le 23 octobre 2019, M. BLANQUER a affirmé que le taux d’encadrement dans le 1er degré serait meilleur à la rentrée 2020 et que celui du 2nd degré resterait stable, tout en conservant le même nombre d’emplois. Au SNALC nous nous sommes dit que c’était mal parti mais nous avons écouté attentivement.
Lire la suite

Éducation nationale : des suicides à ne pas minimiser

Le 6 novembre 2019, notre ministre annonçait que 58 suicides avaient été dénombrés au sein des personnels de l’Éducation nationale au cours de l’année scolaire 2018-2019, parmi lesquels 37 hommes et 21 femmes. Depuis la rentrée de septembre, selon le ministère, 11 suicides avaient été enregistrés. Plus loin, il précisait que le taux de suicide était de 5,85 personnes pour 100.000, ce qui est moins important qu’à l’échelle de la population globale (en 2014 : 2014, le taux de suicide moyen en France était de 14,9 personnes pour 100.000 personnes, d’après l’Observatoire national du suicide).

Perplexe et agacé, le SNALC se pose plusieurs questions :

  • Quelle a été la méthode employée pour arriver à ce résultat ?
  • Pourquoi ne se pencher que sur l’année scolaire 2018-2019 ?
  • Pourquoi ne pas annoncer une grande étude nationale sur les suicides, burnout et l’ensemble des risques psycho-sociaux ?
  • Comment se fait-il que le taux de suicide annoncé (5,85 pour 100.000), prétendument inférieur à la moyenne nationale, soit totalement différent des chiffres relevés par l’Inserm en 2002 qui estimait, au contraire, que les enseignants étaient 2,4 fois plus concernés (39 pour 100.000) que la moyenne de la population ?

Lire la suite