Archives de catégorie : Carrière

Salaire des professeurs des écoles : paroles, paroles, paroles

Le SNALC le sait, les promesses et boniments vont bon train les années d’élections présidentielles. Il faut dire que ce premier trimestre de l’année scolaire 2021/2022 a un goût de premier avril.

Amer constat

Les professeurs des écoles français sont mal payés. C’est un fait que même notre ministre ne dément pas. Pour autant, l’édition 2021 de la publication Regards sur l’éducation, (éditée par l’OCDE) met le feu aux poudres. La comparaison avec les autres pays de l’OCDE est bien cruelle : en matière de coût salarial, les enseignants français se hissent péniblement à la 22ème place sur un panel de 33 systèmes éducatifs. Nous sommes dans le dernier tiers. Et surtout, aucun pays développé n’est aussi avare et ne dépense aussi peu pour ses enseignants. L’OCDE, en prenant le dollar (USD) comme base de comparaison, dresse le constat suivant : en 2020, les salaires moyens des enseignants français âgés de 25 à 64 ans s’élevaient à 43 978 USD en maternelle et à 42 837 USD en élémentaire. Dans les pays de l’OCDE, en moyenne, les salaires des enseignants étaient de 40 707 USD en maternelle et de 45 687 USD en élémentaire.

On serait tenté d’affirmer qu’il n’y a rien de choquant : nous sommes, même si ce n’est que très légèrement, au-dessus de la moyenne. Mais comparons ce qui est comparable : il faut mettre en parallèle les salaires des enseignants français avec ceux de pays équivalents. En effet, un enseignant français de primaire perçoit 36 513 USD annuels au bout de 15 ans d’ancienneté contre 48 025 pour la moyenne OCDE. En faisant un comparatif avec l’Allemagne, on se rend compte qu’un enseignant y touche 80 407 USD. Pour l’Espagne, il s’agit de 49 898 USD et pour l’Angleterre 53 528 USD. A niveaux économiques comparables, nous sommes donc particulièrement à la traîne.

Lire la suite

Carrière des PE: quand les médiateurs aussi tirent la sonnette d’alarme…

Chaque académie dispose d’un service de médiation qui peut être sollicité par les professeurs des écoles en cas de désaccord avec une décision de l’administration.

Chaque année, un rapport complet est publié, regroupant les observations du réseau des médiateurs et prodiguant des recommandations pour améliorer les conditions d’exercice et de vie des personnels.

Le dernier rapport de 2020 est édifiant : les recommandations rejoignent très clairement les revendications du SNALC.

L’année dernière, le nombre de saisines de médiateurs a vu une augmentation record de 18%. Au vu de cette explosion des sollicitations, le rapport insiste sur le fait que « le bien-être au travail passe d’abord par la possibilité pour les personnels d’être entendus et d’obtenir des réponses claires et lisibles à leurs demandes. […] Il dépend également de la reconnaissance juste et équitable du travail et de l’engagement de chacun. »

En effet, 16% des médiations concernent les questions de carrière ou statutaires, avec une augmentation de +25% en 5 ans. Les quotas du PPCR, l’avis pérenne du 3ème rendez-vous de carrière et la difficulté d’engager des recours restent une source récurrente de crispations.

Lire la suite

Postes à profil (POP): la grande nouveauté du mouvement 2022

Pour la rentrée 2022, un mouvement spécifique sur postes à profil est expérimenté pour les premier et second degrés.

Ces postes doivent être liés à des projets d’établissement, de coordination d’équipes ou encore implantés dans des zones particulièrement difficiles (en particulier en zone rurale isolée, insulaire, montagneuse). Les postes annoncés sont vacants.

Ils devront être présentés de façon détaillée avec leurs caractéristiques et les compétences attendues au moyen de fiches de poste.

Les postes sont ouverts à tous les enseignants titulaires.

La candidature se fera grâce à une lettre de motivation et à un CV.

Les personnels retenus dans le cadre de la procédure POP et ainsi affectés définitivement dans l’académie (second degré) ou un département (premier degré) devront respecter une durée minimale d’occupation du poste de trois ans avant de pouvoir participer à nouveau aux mouvements inter et intra.

Lire la suite