CTM du 20 septembre 2021: déclaration du SNALC

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les représentants de l’administration, Mesdames et Messieurs les membres élus du comité,

Le SNALC tient d’abord à saluer l’annonce faite hier par le porte-parole du gouvernement. Je cite ses propos :

« Sur l’école, avec le Grenelle de l’éducation, on augmente la rémunération des professeurs. À la fin de ce quinquennat, il n’y aura pas un professeur qui gagnera moins de 2000€ nets par mois ».

Nous attendons donc avec impatience le projet de loi de finances qui doit paraître dans les jours qui viennent, puisque pour le moment, le début de carrière est généralement en-dessous de 1500€, et c’est sans parler de la situation des professeurs contractuels.

Dans l’hypothèse — improbable, nous l’imaginons — où le porte-parole se serait emmêlé les pinceaux, nous attendons un démenti tout aussi public que ces propos, tenus sur une grande chaîne nationale d’information. Et un rappel de la situation déplorable des rémunérations des enseignants au regard non seulement de nos voisins européens, mais également des fonctionnaires d’État de même catégorie dans les autres ministères. Cette situation perdure, puisqu’aucune programmation pluriannuelle d’une revalorisation sérieuse et sans contreparties n’a été actée, et que le point d’indice a été gelé pendant l’ensemble du quinquennat. Le SNALC sait reconnaître des propositions sérieuses quand on lui en présente — comme pour les personnels administratifs — il sait aussi reconnaître des effets de com’ avec pas grand chose derrière.

Lire la suite

Indemnité REP+ : une dernière hausse au goût amer

Pour stimuler l’engagement collectif auprès des élèves rencontrant le plus de difficultés ainsi que l’attractivité et la réussite des écoles et établissements concernés, le montant de l’indemnité REP+ a successivement connu une première revalorisation de 1000 € net en 2018, puis une seconde de 1000 € net en 2019, et enfin une troisième d’une part fixe de 400 € net et d’une part modulable maximale de 600 € net, à la rentrée 2021 (décret 2015-1087 du 28 août 2015, modifié par le décret 2021-825 du 28 juin 2021).

La part modulable s’établira sur la base d’une évaluation réalisée par école ou établissement pour tous les personnels éligibles à la prime REP+ afin d’assurer l’attribution d’un même montant pour l’ensemble des agents d’un même établissement ou d’une même école. Le montant de cette part modulable est fixé par le recteur d’académie.
Dans un souci d’homogénéisation territoriale entre les 3 niveaux d’indemnité et de respect des enveloppes budgétaires, la détermination du niveau de la part modulable devra respecter la répartition suivante :

  • 25 % au plus des agents concernés de l’académie recevront 600 € net (702 € brut) ;
  • 50 % recevront 360 € net (421 € brut) ; u au moins 25 % recevront 200 € net (234 € brut).
Lire la suite

L’école, à Marseille comme ailleurs, nécessite une tout autre ambition

Communiqué intersyndical SNALC, Snuipp-FSU, Snudi-FO, CGT Educ’action, Sud Education sur la question de l’expérimentation marseillaise – 16 septembre 2021

Alors que la communauté éducative marseillaise attendait des annonces ambitieuses pour ses écoles délabrées, le président de la République a annoncé comme mesure phare le « choix » des enseignants par les directeurs et directrices d’école. Cette mesure, totalement inappropriée et présentée comme une expérimentation généralisable à terme, est vécue comme une provocation par les personnels des écoles de Marseille.

Même si le ministre s’en défend, difficile de ne pas faire le lien entre cette annonce et la volonté ministérielle de parvenir à terme à instaurer un statut hiérarchique de la direction d’école pourtant largement rejeté par l’ensemble de la profession. L’étude en seconde lecture de la proposition de loi Rilhac au parlement fin septembre, ainsi que les annonces réglementaires sur le statut d’emploi fonctionnel par les représentants du ministre, illustrent d’ailleurs parfaitement cette volonté.

En pointant du doigt les enseignants et leur “motivation” et en faisant une telle annonce contraire aux principes du service public et qui bouleverserait le fonctionnement de l’École Publique, le président de la République détourne l’attention des vrais enjeux pour les écoles marseillaises.

Lire la suite

Syndicat enseignant