Mouvement interdépartemental : les nouvelles de sont pas bonnes

L’avenir sombre du mouvement départemental est une réalité. Le SNALC s’est inquiété à de nombreuses reprises sur l’avenir de la gestion des personnels telle que la prévoit le Ministère. Et le mouvement est l’une des pierres angulaires de cette dégradation des conditions dans lesquelles nous exerçons, nous, professeurs des écoles. Aussi, c’est sans surprise que le groupe de travail du 13 décembre auquel le SNALC a siégé a dévoilé le pire. Même s’il reste des choses à affiner, la base est une infamie en soit. Vous croyiez avoir touché le fond en 2019, le mouvement de 2020 s’annonce encore plus chaotique !

Plus aucun syndicat n’aura à sa disposition les documents de travail qui nous permettaient jusqu’alors de chercher les erreurs de barèmes, priorités et bonifications en amont et de les faire corriger. Pire : c’est aux enseignants de mettre le doigt sur un dysfonctionnement les impactant, une fois leur affectation notifiée.

Et cette erreur ne pourra pas être corrigée si l’enseignant concerné ne missionne pas son syndicat, le SNALC, pour l’assister dans une procédure de recours qui ne laissera en aucun cas la place à l’approximation pour espérer aboutir favorablement.

En effet, la procédure de recours doit observer des formes précises qui, si elles ne sont pas scrupuleusement respectées, ne vous permettront pas d’avoir gain de cause. Une façon de plus pour notre administration d’avoir la paix et de classer sans suite des demandes qui devraient, au nom du bon sens et tout simplement du respect des personnels, recevoir un regard attentif et bienveillant. Il n’en sera rien et les enseignants seront une fois de plus seuls et mis au pied du mur.

Pour bénéficier d’un mouvement le plus équitable possible dans cette opacité annoncée, syndiquez-vous au SNALC sans plus attendre. Notre aide sera plus que jamais essentielle pour faire respecter vos droits les plus fondamentaux.

Audience retraite : le SNALC reçu demain par le ministre

Le SNALC sera reçu par Jean-Michel Blanquer demain, mercredi 15 janvier. Lors de cette audience, le ministre nous remettra une proposition d’agenda pour le chantier de réforme des retraites.

Le SNALC, syndicat réactif, s’est néanmoins déjà procuré ce document et présentera au ministre les revendications suivantes :

  • la garantie d’une revalorisation pour tous de la part fixe du traitement, et ce, sans contreparties ;
  • le chiffrage rapide et précis de la garantie inscrite dans l’avant-projet de loi concernant le maintien des pensions des enseignants;
  • la garantie que le contenu du projet de loi de programmation sera connu avant un éventuel vote sur la réforme des retraites ;
  • la prise en compte de l’ensemble des agents du ministère, au-delà des seuls enseignants.

Lire la suite

Syndicat enseignant