Le SNALC06 1er degré vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2018!

Cher Père Noël, en ce début d’année, merci d’avoir répondu à ma lettre, mais, je dois l’avouer, ce n’est pas vraiment la réponse que j’attendais.

Dans mon courrier, je t’indiquais toutes les difficultés que je pouvais rencontrer dans mon difficile métier d’enseignant. Je te disais aussi à quel point il mériterait d’être reconnu à sa juste valeur.

Je dois cependant souligner que tu as répondu favorablement à notre demande majoritaire – municipalités, parents et enseignants – de retrouver la semaine de quatre jours.

Tu as apporté également, sur le plan pédagogique, des débuts de solutions de bon sens pour essayer d’améliorer les résultats scolaires catastrophiques de notre pays.

Mais pour le reste, je commence à sérieusement douter. Je me demande même si tu existes vraiment.

✓ Report du PPCR et de l’augmentation du point d’indice en janvier.
✓ Augmentation de la CSG.
✓ Prime REP reportée elle aussi… aux calendes grecques ?
✓ Classe exceptionnelle : pour une poignée de collègues seulement après une longue attente et des reports successifs.
✓ Rendez-vous de carrière qui s’accompagne d’une pratique tatillonne et contraignante.
✓ Liberté pédagogique érodée peu à peu.
✓ Pour les remplaçants, fin des ZIL de circonscription pour des brigades de zones… A quand une seule zone représentant tout le département ?
✓ Les APC toujours en place malgré leur inefficacité alors qu’elles sont vécues par les enseignants comme du temps contraint.
✓ Suppression de l’aide administrative.
✓ Pour les directrices et les directeurs, dont la plupart sont chargés de classe, toujours plus de responsabilités et de paperasse.
✓ Instauration d’un jour de carence.
✓ Retrait de salaire quasi systématique pour une absence d’une journée sans discernement.

Autant de points qui justifient, si cela était encore nécessaire, mon adhésion à mon syndicat, le seul syndicat véritablement indépendant, qui lutte pour une véritable revalorisation de tous les professeurs, qui défend vigoureusement la liberté pédagogique de chaque professeur et ne détermine pas son action d’après l’étiquette politique du ministre de l’Éducation Nationale, mais en fonction de l’intérêt réel des professeurs et de leurs élèves.

Il faut bien garder ce combat et l’espoir qu’il représente pour se souhaiter une bonne et heureuse année professionnelle : donc, bonne et heureuse année chers collègues, pour vous et pour tous ceux que vous aimez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *