Le SNALC défend l’école maternelle au ministère

Une réunion au ministère a été l’occasion pour le SNALC d’insister sur la reconnaissance indispensable de la spécificité de l’école maternelle qui doit rester une école à part entière et sur le rôle primordial des professeurs en préélémentaire.

Dans la perspective de la réflexion à venir sur le fonctionnement de l’école maternelle, le SNALC a fait état d’un certain nombre d’incohérences.

Le taux d’encadrement
Pourquoi le taux d’encadrement passe-t-il d’un adulte pour quatorze enfants en temps périscolaire à un pour trente sur le temps d’enseignement ? Les exigences scolaires seraient-elles moins importantes ? Pour devenir l’école maternelle de « l’Épanouissement et du Langage », il faut revoir le taux d’encadrement, avec moins d’élèves par classe et un renforcement du nombre d’ATSEM.

Les normes d’accueil
Si des réglementations existent en termes de capacité d’accueil pour toutes les salles municipales et dans les lieux publics, pourquoi n’y a-t-il aucune norme quand il s’agit de l’accueil des enfants, notamment en maternelle ? (50 élèves dans une salle de classe en l’absence d’un collègue)

Le RASED
L’observation des comportements des jeunes enfants en classe permet de dépister très tôt certains troubles du comportement. Une présence systématique du RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté) en maternelle permettrait de repérer les problèmes éventuels, d’orienter les élèves concernés et d’accompagner les professeurs dans leur pratique.

Les parents
La bienveillance des parents vis-à-vis de l’École fait souvent défaut : retards abusifs, violences verbales et physiques, incriminations et diffamations… Il serait souhaitable que le délit d’outrage à une personne chargée d’une mission de service public (art.433-5 du code pénal) puisse être rappelé dans le règlement type des écoles maternelles (et élémentaires).

L’assiduité
Les élèves qui n’ont pas suivi une scolarité de maternelle de façon assidue sur retrouvent souvent en grand difficulté à l’entrée au CP. Il est primordial de sensibiliser les parents sur l’assiduité.

Un cadrage national
Le carnet de réussites ou cahier de progrès, souvent ingérable tant il est chronophage, ne devrait pas laisser transparaître les seules réussites des élèves sous des formes diverses imposées par l’IEN. Un cadrage serait nécessaire pour uniformiser les pratiques et éviter les exigences parfois farfelues de certains inspecteurs.

La formation
Les professeurs ont absolument besoin d’une formation initiale et continue spécifique dès lors qu’ils sont susceptibles d’être nommés dans une école maternelle. Une formation renforcée serait également souhaitable pour les IEN afin de répondre au mieux aux exigences particulières de notre école maternelle.

Le numérique
Le SNALC a insisté sur la dangerosité du numérique à l’école primaire. Les effets néfastes du numérique seront d’ailleurs désormais inscrits dans le carnet de santé.

La semaine de 4,5 jours
Le SNALC a souligné l’incohérence de la semaine de 4,5 jours encore en place dans certaines écoles maternelles notamment quand il est de fait nécessaire de réveiller l’enfant en raison des NAP.

Il est fondamental que l’École maternelle reste une École de la république, gratuite et laïque pour tous. Nous veillerons à ce que les difficultés exposées au ministère soient prises en considération pour la construction de l’école maternelle de demain.
Merci de nous faire part de vos remarques à premierdegre@snalc.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *