Le mot du président

Notre pays est gangréné par des inégalités sociales croissantes : entre pauvres et riches bien sûr; mais aussi entre habitants des grandes métropoles mondialisées et résidents des périphéries urbaines ou rurales. Dans ce contexte de plus en plus tendu dont les classes moyennes et les jeunes générations sont les premières victimes, la reproduction sociale devient la règle et, faute de perspectives d’ascension sociale, les tensions s’exacerbent au risque de remettre en cause le pacte républicain qui doit permettre à tous de vivre en harmonie dans une société juste.

Face à cette dérive, l’École républicaine a plus que jamais un rôle majeur à jouer : parce qu’elle est ouverte à tous, parce qu’elle doit permettre à tous les jeunes où qu’ils résident de bénéficier d’un enseignement de qualité, parce qu’elle doit donner les moyens à chaque jeune de progresser dans l’échelle sociale grâce à ses capacités et à ses efforts, elle est la principale garante de ce pacte républicain incarné par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. C’est ce combat que le SNALC mène depuis plus de 100 ans.

Concrètement, alors que de récentes évaluations internationales ont encore démontré les conséquences catastrophiques sur le niveau des élèves de 30 ans d’errements pédagogiques, cela passe par la mise en place d’une école plus efficace qui permette à tous de réussir. Les récentes mesures prises par le Ministère semblent de ce point de vue aller dans le bon sens : diminution des effectifs en primaire, toilettage de la calamiteuse réforme du collège, rétablissement du redoublement, réforme de l’accès à l’enseignement supérieur; réflexion sur le bac, autant de chantiers dont il faudra examiner, avec la plus grande vigilance, la mise en place sur le terrain pour s’assurer qu’ils permettront bien d’améliorer le système dans l’intérêt de tous.

L’année 2018 sera donc de ce point de vue, une année décisive pour l’École : parviendra-t-elle enfin, par des mesures concrètes et courageuses, à infléchir le mouvement en faveur d’une société plus juste où chacun puisse trouver sa place et vivre en bonne entente avec ses concitoyens ? C’est en tout cas le souhait du SNALC qui continuera à son niveau de tenter d’atteindre cet objectif tout en restant à l’écoute de vos préoccupations.

Je vous souhaite donc, au nom de notre syndicat, une heureuse année 2018 porteuse d’espoir et synonyme, grâce à votre soutien, d’un nouveau succès de notre organisation à l’occasion des élections professionnelles de décembre prochain.

Le président national,
François PORTZER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *