Hors classe : inadmissible !

Le SNALC a voté contre le PPCR, dénonçant une fausse revalorisation et soulignant le manque d’équité de traitement. Certaines mesures (faussement) attractives sur le papier ont réussi à berner de nombreuses organisations syndicales. Mais le SNALC avait, à juste titre, évoqué sa crainte d’un manque d’équité et d’objectivité dans le passage à la hors-classe ou à la classe exceptionnelle. Aujourd’hui, bon nombre de collègues se rendent compte à quel point la crainte était justifiée.

Le SNALC dénonce donc fermement le système d’appréciation laissée à la liberté de l’IEN qui permet de donner un jugement de valeur basé sur des critères aléatoires qui n’ont de fait rien à voir avec le mérite et la reconnaissance de la qualité du travail accompli. Cet avis pénalise certains enseignants ainsi privés de l’avancement qui leur est dû et permet à d’autres plus « chanceux » d’obtenir leur passage en hors classe. Où est l’équité dans une telle façon de procéder ?

L’appréciation, en plus d’être subjective, dépend de quotas d’attribution et, cerise sur le gâteau, elle est définitive ! Autrement dit, l’appréciation finale correspond ni plus ni moins à un tirage de dés. Inadmissible.
Lire la suite

Evaluations CP/CE1 2018-2019 : mode d’emploi

Pour le CP/CE1 : un temps d’évaluation en CP qui doit servir de bilan d’entrée et la même chose en CE1, centré sur lecture, écriture et numération. Au milieu du CP ( a priori en février mais c’est à voir en fonction des zones de vacances), une autre évaluation pour évaluer les progressions des élèves.
Les élèves passent trois séquences de 20 minutes, deux en français, une en mathématiques. La passation se fait dans un cahier papier.

Calendrier : dépôt des cahiers aux académies mi-août 2018. Début septembre 2018 seront mis en ligne certains exercices avec des explications sur la passation pour qu’il n’y ait pas de doutes sur les passations, avec un module de tutoriel. La passation doit se faire entre les deux dernières semaines de septembre et la première d’octobre. Ensuite, les réponses des élèves sont rentrées dans un portail en ligne : la correction est automatisée, le logiciel se charge de la correction, les enseignants n’ont plus à coder avec des systèmes de type 0/9/1. On pourra remplir les données sur le portail de deux façons différentes au choix des PE : élève par élève ou item par item.

Normalement, dès le lendemain, l’enseignant reçoit le portrait et profil des acquis et besoins de chaque élève et un profil de la classe. La première synthèse sera pour l’enseignant ; le directeur aura le profil des classes ; l’IEN de l’école.
Lire la suite

Programmes : c’est mieux !

Le SNALC-FGAF accueille avec satisfaction les projets d’aménagements des programmes de l’élémentaire et du collège publiés par le conseil supérieur des programmes. Ces projets, qui reprennent un nombre certain d’amendements que nous avions portés en 2015, constituent indéniablement un progrès par rapport aux programmes actuels. Le SNALC essaiera bien entendu de les améliorer encore lors du passage de ces textes dans les instances du ministère.

Le SNALC salue tout particulièrement les modifications proposées quant à l’enseignement de la grammaire. Le fumeux prédicat — qui n’avait pas convaincu grand monde — est enterré, la terminologie revue dans le sens d’une plus grande clarté et accessibilité, le passé simple réunifié. De même, l’introduction raisonnée en mathématiques d’une première approche des quatre opérations dès le CP constitue une avancée manifeste. Nous regrettons néanmoins que le CSP n’ait pas été plus ambitieux et n’ait pas osé balayer les entrées thématiques en français, véritables fourre-tout anachroniques.

Loin de constituer les bouleversements insurmontables dénoncés par certains (les mêmes qui, parfois, n’avaient rien trouvé à redire à une mise en œuvre simultanée sur l’ensemble des niveaux des programmes précédents), ces aménagements peuvent être mis en place dès la rentrée prochaine à condition de supprimer des tâches périphériques. Nous réservons néanmoins notre jugement sur les programmes d’EMC (enseignement moral et civique). Si ces derniers ont reçu des repères annuels qui étaient plus que nécessaires, ils ont subi d’importantes modifications qu’il nous reste à analyser.

Enfin, le SNALC attend avec une forte impatience les projets de programmes des disciplines scientifiques, ainsi que les propositions de découpages annuels, qui manquent au texte actuel.