PE : Rémunérations de base au 01/07/2022

Depuis le 01/07/2022, valeur mensuelle brute du point d’indice : 4,85003 euros.
Pour connaître votre salaire brut mensuel, multipliez votre indice majoré par la valeur du point d’indice.

Au traitement de base s’ajoute l’ISAE (100€ brut, 85,30€ net), au prorata du temps passé devant élèves. Et éventuellement diverses primes référentes à vos fonctions.

Supplément familial pour 1 enfant : + 2,29 euros (quel que soit le montant du salaire)
Pour 2 enfants : + 3% du traitement brut ; pour 3 enfants : + 8% du traitement brut. + 6 % par enfant supplémentaire.

L’indemnité de résidence est fonction de votre commune de résidence et majore votre rémunération brute (zone 1 : 3%, zone 2 : 1%, zone 3 : 0%).

Retenues : Pension Civile : 11,10% ; CSG : 9,20% ; CRDS : 0,5% et transfert primes/points (32,42 euros), sans oublier le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Lire la suite

Nouveau système de remplacement dans le 1er degré : dérive ou avancée ?

Le ministère a lancé en 2022 l’expérimentation d’une nouvelle application, ANDJARO, en vue d’optimiser l’affectation des professeurs des écoles remplaçants.

Cette application a été présentée comme un facilitateur pour les services administratifs. En effet, affecter en urgence les remplaçants est bien souvent un casse-tête pour les secrétaires d’inspection, les absents n’étant souvent connus qu’au dernier moment. Certaines DSDEN ont tenté ces dernières années de modifier leur mode de fonctionnement en mettant en place un service centralisé ou un logiciel « maison » mais les résultats se sont montrés décevants.

La mise en place d’ANDJARO a soulevé bien des problèmes, dont celui de la déshumanisation du processus d’affectation des remplaçants : le secrétaire connaît généralement bien sa brigade et prend en compte dans la mesure du possible les affinités de chacun. Avec ANDJARO, s’est imposée la crainte que « l’ordinateur » affecte les remplaçants dans une logique de rentabilité, sans plus aucun interlocuteur auquel faire part des problèmes rencontrés. Il s’avère que les DSDEN peuvent paramétrer l’application et passer outre ses propositions. Ainsi, ANDJARO n’est pas systématiquement directif. L’intervention de l’humain reste néanmoins à la marge et sa disparition complète pourrait intervenir dans un avenir plus ou moins proche.

À noter qu’ANDJARO, s’il peut être pratique pour l’enseignant, s’installe uniquement sur téléphone portable. Or, l’Éducation nationale ne fournit pas de téléphone professionnel aux remplaçants. Dès lors, le SNALC ne pourra cautionner une éventuelle obligation d’utiliser cet outil.

Lire la suite

Professeurs-élèves-parents : une relation détériorée

« Faire la classe » est le cœur du métier de professeur des écoles. Le relationnel entre l’enseignant et ses élèves est donc une composante essentielle de notre profession.

Or, au fil du temps, ce lien s’est altéré et nous observons même une dégradation qui s’accélère depuis quelques années. Ainsi, les valeurs de confiance et de respect mutuel qui sont au fondement de l’École et plus largement de la vie en société s’étiolent. La politesse élémentaire s’apprend trop souvent à l’école et l’attitude des élèves glisse de plus en plus vers l’irrespect.

Ce constat est le reflet de la considération allouée aux professeurs des écoles par la société. Dans un monde où on évalue à tout-va son fast-food, son médecin et désormais son établissement scolaire, nos concitoyens « consomment de l’école » : ces considérations déteignent sur les enfants et sur leur comportement en classe.

En parallèle, le système scolaire et l’institution portent leur part de responsabilité, l’école n’étant désormais plus suffisamment synonyme de réussite et d’exigence. Dans une école où la différenciation pédagogique fait loi, il devient de plus en plus compliqué de gérer l’hétérogénéité. Sans appuis supplémentaires et à moyens constants, les élèves le ressentent et leur motivation se perd parfois en cours de route.

Enfin, n’oublions pas que si l’enfant a des droits inaliénables, il a aussi des devoirs en tant qu’élève. Les règlements de l’école et de la classe doivent être respectés. Si ce n’est pas le cas, les punitions prévues au règlement intérieur, tout comme les mesures positives d’encouragement, doivent être appliquées systématiquement. Or, de plus en plus de familles contestent les décisions du professeur, et le soutien de la hiérarchie, qui devrait alors être impératif, est de plus en plus rare. Il arrive même que le PE se fasse réprimander, ceci mettant à mal sa crédibilité dans la classe et auprès des parents d’élèves.

La société, les parents et les professeurs des écoles doivent travailler dans le même sens pour montrer aux enfants que respect et politesse sont des composantes essentielles de la vie à l’École et au-delà. Ces citoyens de demain appliqueront ce qu’on leur a appris durant l’enfance. Il faut donc agir pour une école du présent apaisée et non pour une « école du futur » réfutée par la profession.

Syndicat enseignant