Salaire des professeurs des écoles : paroles, paroles, paroles

Le SNALC le sait, les promesses et boniments vont bon train les années d’élections présidentielles. Il faut dire que ce premier trimestre de l’année scolaire 2021/2022 a un goût de premier avril.

Amer constat

Les professeurs des écoles français sont mal payés. C’est un fait que même notre ministre ne dément pas. Pour autant, l’édition 2021 de la publication Regards sur l’éducation, (éditée par l’OCDE) met le feu aux poudres. La comparaison avec les autres pays de l’OCDE est bien cruelle : en matière de coût salarial, les enseignants français se hissent péniblement à la 22ème place sur un panel de 33 systèmes éducatifs. Nous sommes dans le dernier tiers. Et surtout, aucun pays développé n’est aussi avare et ne dépense aussi peu pour ses enseignants. L’OCDE, en prenant le dollar (USD) comme base de comparaison, dresse le constat suivant : en 2020, les salaires moyens des enseignants français âgés de 25 à 64 ans s’élevaient à 43 978 USD en maternelle et à 42 837 USD en élémentaire. Dans les pays de l’OCDE, en moyenne, les salaires des enseignants étaient de 40 707 USD en maternelle et de 45 687 USD en élémentaire.

On serait tenté d’affirmer qu’il n’y a rien de choquant : nous sommes, même si ce n’est que très légèrement, au-dessus de la moyenne. Mais comparons ce qui est comparable : il faut mettre en parallèle les salaires des enseignants français avec ceux de pays équivalents. En effet, un enseignant français de primaire perçoit 36 513 USD annuels au bout de 15 ans d’ancienneté contre 48 025 pour la moyenne OCDE. En faisant un comparatif avec l’Allemagne, on se rend compte qu’un enseignant y touche 80 407 USD. Pour l’Espagne, il s’agit de 49 898 USD et pour l’Angleterre 53 528 USD. A niveaux économiques comparables, nous sommes donc particulièrement à la traîne.

Lire la suite

Point sur la situation sanitaire : réunion du 25/11/2021

Compte rendu de réunion au ministère
En présence du directeur de cabinet, de la secrétaire générale et de la conseillère sociale.

De façon générale, le SNALC indique qu’il est très difficile de comprendre (aussi bien pour les collègues que pour le reste de la population) qu’en situation d’augmentation rapide de l’épidémie, la seule mesure prise est un protocole de test moins strict que le précédent au primaire, quand bien même il est validé par les autorités sanitaires.

Le protocole

Reprise de l’épidémie, et augmentation forte des indicateurs (positivité, incidence), même si les indicateurs hospitaliers augmentent moins.
Accélération des fermetures de classe : près de 8000 classes fermées hier.
Sur les capteurs de CO2, consigne a été passée aux académies pour travailler avec les collectivités. Des factures arrivent, donc c’est que ça doit avancer. Un bilan de l’opération sera fait.
À ce stade, il n’y aura pas d’annonce de changement de protocole : on reste au niveau 2 en métropole.
En cas de changement de protocole, un délai d’organisation suffisant sera laissé. Les indicateurs sont appréciés par les autorités de santé, et seront alors transparents si un changement de niveau est envisagé.

Lire la suite

Les situations conflictuelles dans le premier degré

Dans le premier degré, conflits et remise en question de l’autorité du professeur sont monnaie courante. Contrairement à ce qui se passe dans le second degré, la gestion de classe rencontre rarement des débordements de violence de la part des élèves envers les professeurs. Les conflits trouvent principalement leur origine dans le relationnel de plus en plus tendu avec les parents d’élèves, la hiérarchie et entre pairs.

Les parents d’élèves

Certains parents peinent à imposer une autorité à la maison et à accepter celle de l’enseignant. La moindre punition peut être remise en question ou contestée, et ce dès l’entrée en maternelle. Au lieu de soutenir la décision du maître, beaucoup de parents s’opposent, altérant ainsi l’autorité du professeur. De plus, l’école est aujourd’hui considérée comme un « service » public au sens propre – un dû – pour lequel on exige une réponse à toutes les attentes, à tous les maux, même extérieurs.

L’inspecteur

Les motifs de relations de plus en tendues entre IEN et PE sont nombreux : remise en question de la liberté pédagogique, infantilisation dans les échanges, comptes-rendus de rendez-vous de carrière blessants, absence de soutien en cas de remise en question ou d’agressions, manque d’empathie dans les demandes d’autorisation d’absence, etc.

Lire la suite

Syndicat enseignant