Au SNALC pas d’impasse sanitaire !

Au SNALC pas d’impasse sanitaire !

Le SNALC, syndicat représentatif indépendant et apolitique, a porté avec clarté auprès du ministère et ce matin encore à l’Élysée la parole des personnels au sujet de la rentrée.

Pour le SNALC, le « pass sanitaire » n’est pas adapté à l’École. Nous l’avons dit à l’ensemble de nos interlocuteurs, et actons qu’il n’est pas prévu de l’y imposer. Nous rappelons que nous sortons d’une période durant laquelle les personnels de l’Éducation nationale ont dû régulièrement s’adapter du jour au lendemain, et ont porté le système éducatif à bout de bras, sans jamais bénéficier d’une priorité vaccinale que le SNALC réclamait dès le début pour nos personnels après la vaccination des soignants. L’imposer aujourd’hui avec autoritarisme, de façon directe ou détournée, serait tout autant contreproductif.

Nous invitons simplement les personnels volontaires, indépendamment de ce que pensent les politiques et sans arrière-pensée, à ne pas attendre la rentrée pour se lancer dans le processus de vaccination.

Nous continuerons de privilégier l’information et la pédagogie. Nous continuerons d’informer les personnels de façon complète et rapide. Nous saurons également prendre nos responsabilités chaque fois que la situation l’exigera, comme nous l’avons déjà fait au printemps 2020 ou en novembre dernier. Mais nous refuserons de participer à toute forme de division.

Le SNALC attend enfin la parution des différents « scénarios » pour 2021-2022, qui devrait intervenir très prochainement. Nous ne pouvons nous permettre une nouvelle année marquée par le manque d’anticipation : il en va de la santé physique et mentale des élèves et étudiants, de leurs familles, et des personnels.

Le mot du président : la rentrée des casses

Après une année 2020-2021 très dure, nous avions toutes et tous besoin de souffler un peu.

Il ne s’agit pas uniquement de la gestion erratique et pénible de la pandémie — souvenons-nous des belles promesses sur la vaccination prioritaire des personnels, ou encore des auto-tests à réaliser en établissement — mais bien de la casse continuée d’éléments de notre système éducatif.

Après les attaques violentes contre le paritarisme des années précédentes, il ne manquait plus que d’attendre la fin de l’année scolaire pour s’attaquer au baccalauréat. Un petit coup de Pierre Mathiot au Sénat pour tester la température de l’eau, accompagné de l’inénarrable SNPDEN, le syndicat des personnels de direction qui vous veut du bien (au ministère, pas aux personnels) ; un simulacre de dialogue alors que les décisions sont déjà prises ; et on finit par l’habituelle communication orwellienne, en disant « bonjour à l’expression des passions, aux approfondissements, à l’exigence ». À deux doigts de nous expliquer que ce n’est pas moins de bac, mais mieux de bac… Il faut dire que depuis que l’on a lu le ministre indiquer qu’ « en ouvrant techniquement et psychologiquement les chakras, nous créons les possibilités d’une transformation autoréalisée du système », on se demande si c’est encore Jean-Michel Blanquer qui communique, ou bien Skippy le grand gourou.

Lire la suite

GT Directeur d’école du 2 juillet : il y a comme un hic !

Compte rendu

Thème

Autonomie des directeurs d’école dans la gestion des 108h.

L’essentiel

Les intentions du ministère :

  • Trois leviers d’autonomie possibles : le découpage horaire des 108h, leur organisation et leurs contenus.
  • Donner au directeur par délégation de compétences ou d’autorité académique, la possibilité de transformer des heures d’APC en heures de formation (en plus des 18 heures) répondant aux besoins de l’institution. Le plafond de formation serait de 30 heures.
Lire la suite

Syndicat enseignant